AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Règne des Noctambules ▬ Pv. Aaron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Angel Skywalker
Inscrit depuis le : 17/03/2017
Messages : 97
Voir le profil de l'utilisateur

Le Règne des Noctambules ▬ Pv. Aaron
Mar 4 Avr - 22:23

Des néons colorés avalaient les ténèbres d'une guirlande de lumières électriques. C'était joli et un étrange sentiment de sérénité avait radoucit ses joies fugaces. Hélios s'endormait sur l'horizon tandis que les baroudeurs de la nuit sortaient de leurs cachettes. C'était rose, c'était bronze et le ciel était encore lumineux d'un bleu paresseux. Venus brillait au loin, près de la silhouette effacée de la Lune. Des sons avortaient des enseignes de commerces encore ouvertes et une agitation dans l'air éveillait ses sens. Hermès errait et observait.

La nuit, la ville était différente. Changée d'une robe affriolante qui donnait envie de la dévorer. De vivre des passions et d'imaginer le mystère à chaque ruelle. Hermès adorait la nuit pour ce qu'elle avait de dangereux, d'excitant et d’éphémère.

Un petit marché nocturne commençait à monter les derniers étalages. Au flanc du fleuve, les commerçants riaient entre eux avec leur première bière à la main. Les passants souriaient et les touristes regardaient d'un œil lascif, se lovant les uns aux autres pour se débattre de la fraîcheur crépusculaire.

Le dieu voyageur emboîtait son pas et avait le regard léger. Il tournait autour des stands et voyait quels trésors se cachaient entre la camelote et la pacotille. Aérien, son attitude paisible, les bras croisés dans le dos, il donnait l'impression d'un pas si leste qu'il semblait voler. Le marché commençait à se remplir des excentriques et des originaux. Cette caste discrète qui, de jour, n'existait pour personne. Hermès savait que lorsque Séléné touchait le ciel, ils étaient les rois du monde. Hermès discutait beaucoup. Il s'arrêtait, calme, et discutait d'une voix souple et fluide qui coulait comme une brise matinale. Un commerçant lui proposa de partager une bière. Hermès accepta puis se remit à traîner comme le vent de la providence entre les étalages à ciel ouvert. Et sa main, parfois, glissait aussi discrètement qu'un chat au crépuscule, s'emparant avec une souplesse féline l'une ou l'autre vieillerie que son regard habile avait repéré.
- ma signature sur http://inolympia.forumactif.com -


I'm not a big fan of small spaces.
Ἑρμῆς


© by anaëlle
avatar

Aaron M. Harper
Inscrit depuis le : 02/04/2017
Messages : 118
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Règne des Noctambules ▬ Pv. Aaron
Mer 5 Avr - 22:19

Le Règne des Noctambules
Angel Skywalker & Aaron M. Harper
Le ciel se pare de ses plus atours, le rose, l’orange et le violet se mélangeant artistiquement pour annoncer la fin de la journée. Mais c’est vers les lumières colorées d’un marché nocturne, qui longe la Tamise, que mon regard est attiré. La plupart des gens s’imagine que je reste assis au comptoir de ma boutique d’antiquités et que je laisse l’argent rentrer dans les caisses mais ils oublient qu’il faut que je remplace ce que j’ai vendu par de nouveaux items. Alors forcément, je suis un habitué des brocantes et marchés en tout genre, et quelque part, c’est ce qui fait que j’aime mon métier. Me balader au milieu de stands présentant des objets les plus insolites, souvent vestiges du passé qui sont parvenus jusqu’à maintenant, discuter avec les vendeurs de tout et de rien, marchander – souvent à mon avantage – les objets qui me semblent prometteurs, et surtout être en plein air, c’est sans doute ce qui me plait le plus, plus que d’être enfermé dans mon magasin à persuader les clients d’acheter – bon même ça ce n’est pas déplaisant en vérité.

Mais contrairement aux vide-greniers et autres qui ont lieu le jour, celui-là a une atmosphère différente, plus calme et détendu, moins de coup de coudes pour se frayer un chemin, moins de cris pour ameuter la foule, moins effréné, et plus de rires, de conversations à voix basses, de douce lenteur. Je me laisse donc guider par l’ambiance, n’étant pas particulièrement pressé de toute façon, m’arrêtant quelques fois pour acheter un bibelot qui m’intéresse. Soudain mon regard se laisse aimanté par une haute silhouette et des cheveux bouclés, qui me semble familière et lorsqu’il se retourne d’un mouvement fluide, je reconnais ses traits. Angel Skywalker. Les stands et sa présence me ramène en arrière, à un autre marché en plein air, où je l’ai rencontré.

La brocante vibrait d’activité, des voix s’interpellant, des promeneurs se bousculant, le ciel d’un gris menaçant de les ayant pas dissuader de venir. Mon regard se portait sur les étals, jugeant le potentiel de chaque objet avec sévérité, et marchandant âprement – surtout avec ceux qui ne semblaient pas être des amateurs – chaque chose qui me plaisait. Alors que je me déplaçais vers un stand encourageant, je heurtai quelqu’un. Aussitôt un sourire contrit vint orner mes lèvres alors que je levai les yeux, les plongeant dans le bleu profond de ceux de mon interlocuteur. Malgré moi, mon sourire devint légèrement plus séducteur alors que je m’excusai d’une voix douce. « Toutes mes excuses, je suis bien maladroit, et cette foule n’aide pas malheureusement. J’espère ne pas vous avoir fait mal. ». Il était très beau, ses traits fins attirant le regard, et son corps assez proche du mien laissant deviner une certaine musculature, mais aussi une aura assez intense que je ne pouvais ignorer. Quand bien même j’étais venu pour le travail, à cet instant, j’étais prêt à laisser passer de belles occasions d’achat, juste pour pouvoir passer un peu de temps avec lui.

De retour au présent, je souris et me mets à slalomer entre les badauds, pour le rejoindre. Je le vois glisser un bijou dans sa poche, et mon sourire devient narquois. Je le rejoins au moment où il se tourne vers moi, et je le salue : « Bonsoir Angel ! Alors, tu trouves ton bonheur ? ». Je m’approche de lui, lui serrant la main, et j’ajoute à voix basse, pour que personne d’autres ne m’entende, et sur le ton de la plaisanterie : « Si on fait fifty-fifty sur ce que tu as amassé ce soir, je te dénonce pas. » J’agrémente le tout d’un clin d’œil pour prouver que je ne suis pas sérieux. Loin de moi l’idée de faire du recel, c’est un coup à me faire fermer boutique, et je gagne assez bien ma vie pour ne pas en avoir besoin. Sans compter que je sais qu’Angel ne vole pas pour se faire de l’argent de toute façon.
©junne.
avatar

Angel Skywalker
Inscrit depuis le : 17/03/2017
Messages : 97
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Règne des Noctambules ▬ Pv. Aaron
Jeu 6 Avr - 22:43

Une épaule élança le jeune dieu. Un pas pressé, une moue contrariée et aux grandes inquiétudes, le regard de l'expert, le jeune homme qui venait de le bousculait semblait avoir bien du mal à trouver la perle qu'il semblait chercher. Tout en l'étranger criait à l'élégance. L'air sévère, le menton fièrement relevé, le costume soigneusement repassé, il dégageait dans l'atmosphère un parfum masculin et musqué aux saveurs d'orient. Hermès qui filait agilement entre les gens n'étaient pas embêté par les bousculades. Il était rapide et comme une ombre, il passait et glissait à travers la foule, rapide et élancé. Pourtant, lorsque ce fut lui qu'il croisa, son élan fut contrarié. Sans doute s'était-il laissé faire. Sans doute l'avait-il vu venir, lui et cet étrange orgueil qui faisait son charme. Hermès pivota pour mieux reprendre un équilibre qui ne lui manquait jamais et posa une main bienveillante sur son épaule. Son rire était léger et doux. Son sourire lui adressa toute sa sympathie. Le jeune homme avait ce charisme nocturne et hautain qui lui accordait tous les mystères.

Ne vous inquiétez pas ! Il rit et arrangea sa chemise. Il faut dire qu'on ne sait jamais où mettre les pieds par ici.

Une longue seconde s'installa où Hermès se permit d'apprécier sa beauté et son sourire. Un regard entre fascination et admiration, comme une curiosité heureuse. Aussi proches l'un de l'autre, Hermès avait eut le doigté de sortir de sa poche un portefeuille. Comme s'il venait de le trouver, il lui tendit.

Vous avez fait tomber ça. Hermès mentait. Ca se voyait et il voulait que ça se voit. Faites attention. On trouve pas mal de pick-pocket, dans ce genre d'endroit.

***

Une voix s'éleva entre les rires et les conversations. Une voix que le dieu voleur situa comme un ami. Une voix qui lui rappelait des effluves et des odeurs qu'il ne retrouvait jamais ailleurs. Son sourire s'élargit et il se tourna vers Aaron qui n'avait pas perdu de sa superbe. Hermès, même, songea que le garçon devenait de plus en plus beau avec l'âge. Comme un bon vin, il se bonifiait avec l'âge et Hermès, parfois, regrettait que leur relation ne fusse qu'une cordiale entente professionnelle, comme un regret nostalgique. Quelque part, valait-il mieux que cela en reste là. Quelque part, Hermès savait que ce genre de chat n'était pas du genre à s'enraciner. Une créature libre et indépendante. Un animal farouche qui ne se laissait guère apprivoiser. Et sans doute, c'était ce qui était le plus fascinant chez Aaron.

Hermès répondit d'un sourire courtois et indifférent, enfonçant son butin dans sa poche. Il se tourna complètement vers lui et regarda sa main tendue, comme une drôle d'étrangeté. Hermès rit de bon cœur et trouvait leur courtoisie respective ridicule. Mais Hermès ne voulait pas blesser l'ego d'Aaron qu'il doutait fragile. Hermès appréciait épargner Aaron des vicissitudes du monde. Même des siennes. Aussi, il lui serra la main comme s'ils fussent toujours collègues et oublia cette tension qui avait pourtant existé, jadis.

Oh, ça va. Tu sais, je me satisfais d'un rien ! Il haussa les épaules et se pencha en avant en écoutant la messe basse de son ami. Naturellement, il éclata d'un rire clair et lumineux, se penchant en arrière tant son hilarité ne pouvait être retenue. Deux commerçants se tournèrent, surpris et sourirent à sa naturelle joie de vivre contagieuse.

Tu es un bon commerçant mais un bien piètre maître-chanteur. Hermès retourna ses poches. Son larcin y avait disparue et ses poches étaient entièrement vides. Apprends à choisir tes victimes, ehe... La main d'Hermès, légère et souple, se posa avec amitié sur l'épaule d'Aaron. Comment tu vas, alors ? Ca devient une habitude de se croiser dans ce genre d'endroit...
- ma signature sur http://inolympia.forumactif.com -


I'm not a big fan of small spaces.
Ἑρμῆς


© by anaëlle
avatar

Aaron M. Harper
Inscrit depuis le : 02/04/2017
Messages : 118
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Règne des Noctambules ▬ Pv. Aaron
Ven 7 Avr - 22:10

Le Règne des Noctambules
Angel Skywalker & Aaron M. Harper
Un rire léger retentit d’entre les lèvres d’Hermès, un éclat de légèreté, dans une soirée déjà détendue. Sa main se glisse dans le mienne, me répondant qu’il n’a pas besoin de grand-chose pour se satisfaire. Puis à mon murmure, il se moque gentiment de moi, retournant ses poches désormais vides. Etre un dieu a visiblement ses avantages. Encore que, je suis sûr que je pourrais créer une illusion qui ferait croire que mes poches sont vides aussi. Mais dans le cas d’Angel, je me doute que ses poches sont réellement vides. Apprends à choisir tes victimes me dit-il. Je ris, car je ne suis pas assez idiot pour m’en prendre à quelqu’un d’aussi puissant que lui, mais je sais que ce n’est nécessaire de le lui expliquer, je sais qu’il dit ça pour le jeu. Tout en lui respire l’amusement, la joie de vivre, quelque chose de léger comme on rencontre rarement. Pour un être immortel avec des responsabilités comme les siennes, c’est étonnant. Pourtant, je ne l’ai jamais vu autrement.

Le bel inconnu posa une main sur mon épaule, comme pour reprendre son équilibre. Son rire se fit entendre, doux comme une plume, visiblement pas dérangé par la situation. Tant mieux, car ce que je pouvais sentir de son aura me laissait penser que je ne le voulais pas comme ennemi. Enfin la vraie raison était qu’il m’intéressait et que c’était à mon avantage qu’il prenne bien notre rencontre. D’ailleurs, je fus suffisamment subjugué par ce qu’il dégageait que sa réponse mit un temps à parvenir à mon cerveau, et qu’un certain silence s’installa. Avant que je ne trouve quoi que ce soit d’intelligent à dire, il me tendit un portefeuille – le mien. Un peu perplexe, je le reprends, tandis qu’il m’expliquait que je l’avais fait tombé. Mais tout dans son attitude criait le mensonge, comme s’il avait trouvé ce prétexte juste pour les oreilles d’éventuels curieux. Amusé, je lui souris, me mordillant la lèvre, avant de répondre à ses paroles suivantes : « Quel tête en l’air je fais. Heureusement que vous étiez là, sinon j’aurais pu dire au revoir à mon portefeuille. A croire que c’est le destin qui nous a réuni. » Je lui fis un clin d’œil, entrant dans son jeu avec plaisir. Car il avait l’air aussi intéressé que moi, et nous avions tous deux débuté une partie d’un jeu vieux comme le monde – la séduction. Me collant un peu à lui, sous prétexte de laisser passer un groupe de personnes, je me reculai ensuite, avec un faux sourire contrit, non sans avoir apprécié la dureté de son corps sous ses vêtements, et son odeur masculine enivrante. « Alors dites-moi, vous êtes ici pour le travail, ou par plaisir. » Bien entendu, l’idée d’avoir du plaisir avec lui ne m’avait pas traversé l’esprit une seule seconde – pieu mensonge.

La main d’Angel se pose sur mon épaule, comme pendant cette première fois où l’on s’est rencontré, avant qu’il ne me demande de mes nouvelles. Un sourire sur les lèvres, mais un peu plus sérieux, je lui dis : « Ecoute, tout va bien pour moi, la boutique marche bien, je suis en pleine forme et je ne m’ennuie pas. Que demander de plus ? » Je lui fais signe de marcher avec moi, nous dirigeant vers un autre stand, pas très loin, avant de continuer : « Et où veux-tu qu’on se rencontre par hasard de toute façon ? ». Un rire s’échappe de mes lèvres, avant que je ne lui fasse un clin d’œil. « Puis les endroits comme celui-ci sont là où je passe un quart de ma vie de toute façon, alors ce n’est pas si étonnant. » Retournant mon attention vers lui, je lui demande à mon tour : « Et toi, quoi de beau ? A part tes larcins bien sûr ! ».
©junne.
avatar

Angel Skywalker
Inscrit depuis le : 17/03/2017
Messages : 97
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Règne des Noctambules ▬ Pv. Aaron
Sam 8 Avr - 22:24

"Que le destin nous a réuni" ? Hermès se retint de rire, ravalant sa moquerie et se souvenant que lui aussi, lorsque ses désirs étaient mis en jeu, il avait cette tendance à poétiser sans raison. Comme tout le monde, d'ailleurs. Hermès admira ce clin d’œil. Ce sourire. Ce regard. Mes dieux, ce regard... Il y avait quelque chose qu'il ne pouvait qu'effleurer en lui. Quelque chose qu'il ressentait dans ses tripes. Et Hermès avait vécu assez longtemps pour savoir quels genres de mystères traduisait ce parfum. Alors, il sourit. Satisfait, d'un regard curieux. Espiègle, comme il en était toujours.

Et lorsque le garçon vint se rapprocher, Hermès lui attrapa le bras avec une espèce de sévérité, d'impératif pressant et autoritaire. Sa main se radoucit. Il baissa la tête et arqua un sourcil. Pour mieux le voir. Le regarder. Envoûter ses propres caprices et jouer avec la lueur qui scintillait d'une drôle de clarté dans le regard du jeune homme. Hermès sourit. Il feignit l'indifférence, roula des yeux et haussa les épaules. Sa main se relâcha doucement sur son bras. Glissa sur son bras, comme pour rappeler en lui ses instincts. Puis le lâcha et recula d'un pas. Brisa leur intimité éphémère. Hermès sentait sa propre main brûler du désir de s'enrouler dans ses cheveux. A la place, il rit pour répondre, d'un air faussement timide.

Je préfère faire les choses par plaisir, personnellement. Hermès n'avait pas envie de savoir ce que ce garçon foutait dans ce nid à touristes. Peut-être même l'était-il lui-même ? Non. L'accent londonien ne trompait pas. Alors, le jeune dieu décida, plutôt que de se renseigner - il ne voulait pas savoir grand chose, en vérité : Les mortels se dévoilaient toujours d'eux-mêmes - de se l'approprier. Immédiatement. Alors il lui tendit sa main. Angel. C'est mon nom. Et toi ?

Hermès savait ce que ce regard signifiait. Et que demain, ce garçon serait sa nouvelle lubie. Alors se permettait-il tout de suite des familiarités qui aideraient à la communication. Parce que s'il y avait bien une chose que les Hommes avaient inventé pour empêcher la communication au lieu de l'améliorer, c'était bien la courtoisie.

***

Il lâcha son épaule puis remonta ses manches qui le gênaient. Aaron était ce garçon particulier avec ce comportement d'orgueil qu'il appréciait. Qu'il savait manipuler aux bons grès de ses caprices. Mais au-delà, c'était un garçon qui le fascinait à plusieurs égards. Son amour de l'épicurisme derrière cette façade de droiture. Son audace cachée par sa méticuleuse prudence. Son honnêteté qu'il dissimulait de francs mensonges. Hermès l'écoutait avec une attention rare. Lui, le dieu hyperactif et toujours ailleurs. Sa façon de parler avait quelque chose d'hypnotique. De sombre. Et mêmes ses banalités sur sa boutique et ses mensonges sur "la vie est belle" semblaient résonner comme une poésie occulte. C'était amusant et faisait sourire Hermès.

Tu te contentes de peu... Il lui emboîta le pas et enfouit de nouveau les mains dans les poches. Il acquiesça, comme pour approuver sa simplicité.

Mais a qui voulait-il faire avaler ça ? Hermès connaissait les commerciaux, les audacieux et les ambitieux. Alors il se moqua de lui. C'est bien. Il ne te reste plus qu'une femme, trois enfants, un chien et un joli coupé cabriolé et un canapé couleur crème ! Ou taupe ! Il rit, toujours léger et sans reproche. Pour le consoler de cette petite boutade sans conséquence, il posa une main fraternelle dans son dos. Pour un mage, je te trouves très cartésien. Moi, je dirais plutôt que c'est le destin, qui nous réuni toujours ! Il mit le doigt dans sa bouche et le leva au vent. Tu ne sens pas les vents de la providence qui cherchent à nous réunir ? Rit-il d'un ton léger. Peut-être Aaron ne se souvenait-il pas de ces mots qu'il avait prononcé sous une drôle d'influence lors de leur première rencontre. Qu'importait : Hermès s'en souvenait. Une tape dans le dos et il enfouit ses mains dans la poches encore une fois.

En vérité, Hermès était un dieu moqueur et peu enclin à la compréhension. A ses yeux, la compassion ne servait qu'à s'attirer certains égards. Bien entendu, il faisait ses exceptions parmi ses proches et parmi les dieux. Mais il réservait sa franchise à Aaron qui, Hermès le savait, aurait soin de prendre en note ses leçons. Quand bien même Hermès n'avait aucune prétention pédagogique. Quand son ami lui demanda ce qu'il devenait, Hermès eut un air d'innocence coupable et pinça ses lèvres d'un sourire retenu.

Je ne vois pas de quoi tu parles, mentit-il comme un enfant. Mais tout va bien. Ou presque... Son visage s'assombrit soudain. Pas mal des nôtres ont été agressés ces derniers temps. Surtout les propriétaires de petites boutiques liées à Olympus, comme la tiennent. Les affaires s'en tienne plutôt bien pour le moment et ça n'a pas l'air d'inquiéter... Hermès leva les yeux au ciel et le désigna, comme pour désigner Dieu. Tu-sais-qui. Mais j'aimerai que tu fasses attention à toi, à l'avenir. Pour moi.

Subitement, Hermès se mit à rire et retrouva sa fraîcheur quotidienne. Comme s'il n'y avait guère lieu de s'inquiéter.
- ma signature sur http://inolympia.forumactif.com -


I'm not a big fan of small spaces.
Ἑρμῆς


© by anaëlle
avatar

Aaron M. Harper
Inscrit depuis le : 02/04/2017
Messages : 118
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le Règne des Noctambules ▬ Pv. Aaron
Ven 14 Avr - 11:57

Le Règne des Noctambules
Angel Skywalker & Aaron M. Harper
Après s’être retroussé les manches – pour le plaisir de mes yeux – il m’écoute lui répondre avant de répondre que je me contente de peu. Un léger doute m’envahit : se moque-t-il. La suite de son discours répond à mon interrogation et je fais la moue, mais pas réellement blessé. Je me fiche que les autres se moquent de moi – au contraire c’est une bonne chose que de temps en temps mon orgueil se fasse rappeler à l’autre et que je me souvienne de ne pas trop me prendre au sérieux. S’il l’avait fait pour me manquer de respect, ça aurait autre chose – me demandez pas ce que j’aurais fait, je ne suis pas sûr moi-même de ce que j’aurais pu faire ! – mais comme ce n’est pas le cas, je me contente de faire mon air boudeur alors qu’Angel rit, taquin. Sa main se pose sur mon épaule, en signe d’amitié, et je ne fais aucun commentaire à ce sujet, alors que mon regard continue d’observer distraitement les étals du marché. Ses mots suivants me dérident – preuve que je ne boudais pas sérieusement – alors qu’il me cite les paroles que je lui ai dit le jour de notre rencontre. Je le vois lever son doigt humidifié – en essayant de ne pas imaginer autre chose humidifié par sa bouche – comme pour essayer de déterminer le sens du vent, son rire se faisant toujours entendre. J’ignore si les vents de la Providence cherche à nous réunir – ou le Destin ou même les Moires – mais je suis bien content de le voir, ça fait toujours plaisir de passer un moment en sa compagnie, comme toujours.

Quand mon corps se glissa contre le sien, le bel homme en face de moi m’attrapa le bras, sans doute sous prétexte de me retenir – ou me maintenir, peu importe – mais tout ce dont je me souciais c’était de la chaleur de sa paume à travers le tissu de ma manche. Nos regards se croisèrent, intenses de sous-entendu et d’invitation non-dite. Quand le mouvement de foule se dispersa – et ma raison de me coller à lui par la même occasion – je reculai lentement, sa main glissant sur mon bras en une caresse à peine déguisée. Il s’écarta d’un pas, un rire sur les lèvres à ma question. Sa réponse fit chauffer mes veines, et je souris plus largement. Je notai qu’il ne me demanda pas si moi-même j’étais là par plaisir ou non. Je ne m’en vexai pas, au contraire, c’était un indice qui me laissait entendre qu’il ne voulait pas rendre notre rencontre trop intime – sentimentalement parlant, et dans l’immédiat du moins.  Je n’avais rien à redire à ça, j’aimais m’amuser et les relations sérieuses ne m’attiraient pas beaucoup.

Lorsqu’il se présenta, d’un simple prénom, serrant sa main tendue, et passant également au tutoiement. « Aaron, ravi de te rencontrer. » Plus que ravi même, et je laissai ma main dans le sienne plus longtemps que de coutume, comme pour le prouver – comme si je n’avais pas été assez clair jusqu’à maintenant. Ne voulant pas le laisser partir déjà, je proposai : « Tu cherches quelque chose en particulier, ou tu te laisses juste guider par tes envies ? Dans tous les cas, on pourrait explorer ensemble … je veux dire, ce vide-grenier. ». J’en avais rajouté une couche, peu subtile, mais j’escomptai bien l’emmener à l’écart – ou encore mieux, dans un lit, le sien ou le mien, peu m’importait – et être seul avec lui. Des marchés, des vides-greniers et de brocantes, il y en avait toujours à Londres et ses environs, et si je n’achetais rien ce jour-là, rien ne m’empêcherait d’acheter plus tard. Alors que ce bel ange en face de moi, je doutais de pouvoir en trouver d’autres avant longtemps, je n’allais donc pas laisser passer ma chance !


Le ton de la conversation, légère, change sans que je m’y attende. Pendant un instant, Angel a affiché une moue mi-innocente mi-coupable à ma réflexion sur vols, me disant que tout va bien, avant de se raviser. Je l’écoute m’expliquer le changement de situation à Londres, son visage anormalement sérieux, m’ôtant toute envie de m’amuser. La nouvelle ne me plait pas, savoir que ma boutique est devenue une cible potentielle pour des êtres – humains, divinités, créatures ? – qui ne s’attaquent qu’aux nôtres me perturbe. C’est l’héritage de mon père, celui de mes parents qui a toujours pris soin de moi, et il est hors de question que je laisse qui que soit faire quelque chose à l’Antiquities’ Attic. Même si je me doute que la véritable cible, c’est plutôt moi, mais je ne m’inquiète pas trop. Quand on a une déesse puissante comme marraine, on ne s’inquiète pas trop. Mais même sans elle, j’ai conscience de ne pas être sans défense, et j’ai toujours été sur le qui-vive depuis mon adolescence, quand j’avais appris que je n’ai pas aussi malin que je me croyais l’être. Le rire habituel d’Angel, interrompt le fil de mes pensées, et je souris malgré, sa bonne humeur retrouvée étant contagieuse. « Je ne savais pas pour toutes ces attaques, merci de m’avoir prévenu. Mais tu n’as pas à te faire du souci pour moi, je fais toujours attention. » Je lui fais un clin d’œil amusé, avant de me rapprocher d’un stand qui a attiré mon regard, et en ajoutant : « Je dois être un peu paranoïaque, va savoir si ce n’est pas génétique. ». Peut-être, peut-être pas, ce n’est pas comme si je connais bien ma famille maternelle, difficile d’en juger.
©junne.
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé

Re: Le Règne des Noctambules ▬ Pv. Aaron

 
Le Règne des Noctambules ▬ Pv. Aaron
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ptidop (le règne du jeu Avord)
» CAELAN AARON COLLINS
» aaron k. collins ★ who am I ?
» Paparazzi - Aaron
» Aaron Kylian Collins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In Olympia :: Londres :: Central London-
Sauter vers: